Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

Comment négocier avec son banquier son découvert et ses agios ?

Article mis à jour le 22/10/2013
Banque-finance

Avant même d’entamer les négociations, procurez vous une version actualisée de votre convention de compte et de la grille de tarifs de votre banque. Grâce à la loi Murcef de mai 2003, vous pouvez à tout moment demander à votre banque une convention de compte. Cette demande est gratuite et ne peut être refusée. De plus, toute modification la concernant doit être notifiée avec un préavis de trois mois. Connaissant votre situation contractuelle, vous disposez maintenant d'une base pour entamer votre négociation.

Négocier le montant du découvert autorisé

Sur le montant du découvert autorisé, les banques proposent des options de personnalisation pouvant aller d’une centaine à plusieurs milliers d’euros. Votre banquier vous proposera un seuil de découvert autorisé en fonction de la vie normale de votre compte. Deux critères en particulier attirent son attention :

  • Y a-t-il des versements réguliers sur votre compte ? Il peut s’agir aussi bien d’un salaire, du RSA, d’allocations, d’une pension… Ce type de versement laisse préjuger de votre capacité à rembourser un éventuel découvert.
  • La tenue de votre compte est-elle stable ? Si solde de votre compte ne passe jamais en dessous de 500 €, c’est le signe de votre prudence et de la bonne gestion de votre compte. A l’inverse, si vous êtes en découvert tous les mois, votre banquier aura naturellement moins confiance.

Sur cette base, votre conseiller clientèle dispose d’une grille d’analyse lui donnant un montant d’autorisation de découvert de base. C’est à partir de cette base que vous pourrez négocier. Et sur ce point, il n’y a pas de mystère, pour obtenir une plus grosse autorisation de découvert, il faut justifier de sa solvabilité en cas de problème. Les arguments sont les mêmes que pour toute demande de crédit : biens immobiliers hypothécables, caution financière de la part d’un proche, possession de placements et produits financiers mobilisables en cas de pépins…

Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)
Liens sponsorisés
Liens sponsorisés
Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)