Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

" Emprunter moins cher, c'est possible! "

Interview de Alain Dehaudt, directeur de l’ADIL de la Haute-Vienne

DROITISSIMO.COM : Quelles erreurs commettent le plus souvent les emprunteurs qui  sollicitente un prêt immobilier?

ALAIN DEHAUDT : Ils se focalisent sur la négociation du taux d’intérêt, alors qu’ils devraient en premier lieu concevoir un plan de financement ingénieux, pour rembourser mieux et plus vite. Par exemple, un couple d’une cinquantaine d’années avait le projet d’acheter une maison. Mais il estimait ne pouvoir supporter qu’une mensualité modeste, en raison da la baisse de revenus qu’il allait inévitablement subir lors du départ à la retraite. La banque n’avait pas eu l’idée de lui proposer un « prêt à palier », avec des remboursements plus élevés les premières années, période de vie active, et minorées après le départ à la retraite. En suggérant cette solution à l’établissement bancaire, qui s’est empressé d’accepter, ce couple a pu emprunter sur une durée plus courte, avec une mensualité adaptée, et faire une économie.

DROITISSIMO.COM : Existe-t-il d’autres astuces pour emprunter moins cher ?

ALAIN DEHAUDT : Faire le tour des prêts attractifs auxquels on peut avoir droit : le prêt à taux zéro, dont le montant est majoré éventuellement pour l’achat d’un logement neuf à basse consommation énergétique, les prêts de la Mutualité sociale agricole en milieu rural…  Dans certains cas, les banques ont aussi des offres commerciales spécifiques pour certains projets. Par exemple, pour l’acquisition d’un logement neuf basse consommation, certaines proposent deux crédits : un classique pour la plus grande partie du prix d’achat, et un autre, à taux bonifié (par exemple 2,95%), à hauteur de 20 000 euros par exemple. Cela permet de réduire le coût global du financement. Même principe pour l’acquisition d’un bien ancien, quand les emprunteurs envisagent des travaux « développement durable » (isolation, panneaux solaires…) : en plus de l’éco-prêt à taux zéro, ils peuvent parfois profiter pour ces travaux d’un prêt complémentaire de la banque à taux réduit.

DROITISSIMO.COM : Mais le plus difficile est d’estimer ce que l’on peut rembourser chaque mois, et de calculer le montant du crédit en conséquence. Comment faire ?

ALAIN DEHAUDT : De nombreux crédits permettent à l’emprunteur de moduler ses mensualités à la hausse et à la baisse. C’est une solution qui permet de rembourser plus vite si l’on s’aperçoit en cours de route qu’on en est capable, pas forcément parce qu’on a bénéficié d’une augmentation de salaire, mais peut-être simplement par exemple parce que l’on a profité d’avantages fiscaux, comme  le crédit d’impôt pour les dépenses « développement durable » ou celui accordé pour les intérêts payés sur le prêt les premières années de remboursement. Ces allègements d’impôt peuvent ainsi être « réinjectés » dans le plan de financement.

Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)
Liens sponsorisés
Liens sponsorisés
Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)