Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

FORUM - Famille

Liens sponsorisés
offline
Inscription: 15/12/2017
Non résolu

Bonjour à tous,

Je vous explique mon cas :

Mon père qui s'est remarié à Mme X ont tous 2 consenti au divorce en février 2017. Le prononcé du divorce date du 20 novembre dernier. L'avocat de mon père lui a transmis la lettre d'acquiescement par mail qqs jours plus tard, alors que ce dernier était au même moment hospitalisé... Mme X a, quant à elle, signé cette lettre qui a été envoyée à son avocat.

mon père est malheureusement décédé qqs jours plus tard sans pouvoir signé cet acquiescement.

Je prends donc rdv avec le notaire en compagnie de mon frère et c'est là que se pose le flou à tous les étages. Cela fait plus d'une semaine que nous réclamons l'acte de décès + livret de famille, en vain, car personne ne sait nous dire si le divorce peut être considéré acté ou non à la vue des conditions !

De même se pose naturellement la question de la succession. Mon frère et moi somme-nous les héritiers seuls ou Mme X peut-elle également y avoir droit ? Je précise, qu'à la suite du divorce, le bien immobiler qu'ils avaient en commun a été vendu, chacun ayant touché sa part. 

Merci pour vos réponses.

Dam

 

 

 

 

Aucu vote pour l'instant.
RépondrePoser une question
Liens sponsorisés
offline
Inscription: 15/12/2017

Ce message peut-être supprimé. L'acquiescement est bien nécessaire.

Cdt,