Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

FORUM - Justice

Liens sponsorisés
offline
Inscription: 19/01/2018
Non résolu

Bonjour,

je suis fonctionnaire dans la fonciton publique territoriale, je travaille dans une mairie du Val d'Oise (95) en qualité d'agent administratif depuis 2008. J'ai 55 ans. En effet je suis fonctionnaire dans une Mairie du Val d'Oise, depuis 2008 en qualité d'agent administratif. Durant plus de 3 ans j'ai été arrêtée en longue maladie suite au souffrance et harcèlement moral que j'ai subi au travail de la part de mon responsable de service. Cette souffrance m'a enfoui dans une profonde dépression. Au terme de mon congé longue maladie au mois de juillet dernier, j'ai été reclassée par le RH au sein d'un autre service, le service financier. J'ai donc repris le travail en mi-temps thérapeutique au sein de ce nouveau service, mais il se trouve que mon intégration s'est très mal passé les membres de ce service étant très proche de mon ancienne équipe. Tout à été fait pour me "pourrir la vie" si vous me permettez cette expression. Cette nouvelle équipe a été très hostile à mon égard, mettant tout en œuvre pour éviter mon intégration ; me mettant à l'écart refusant de me former ou de me communiquer toutes informations, ne m'adressant pas la parole, ou alors, avec des propos injurieux et moqueurs ...bref, il m'était de plus en plus difficile d'aller au travail et de me retrouver tous les matins face à ces personnes qui me méprisaient ou me témoignaient de l'animosité, cela était un véritable calvaire pour moi, faisant en plus resurgir tous les mauvais souvenirs du passé. Résultat j'ai à nouveau sombré en dépression avec des idées noires. Après une hospitalisation d'une semaine, je suis depuis 3 mois sous traitement et à nouveau en arrêt-maladie. Mon psychiatre juge que je ne devrais pas y retourner sur ce lieu très anxiogène et empreint de souvenirs très traumatisant pour moi où de surcroît l'intégration reste très difficile, quasi impossible.

Effectivement, en acceptant de reprendre le travail au sein de cette nouvelle équipe j'ai essayé malgré mon état psychologique très fragile, de repartir dans ma vie professionnelle, espérant pouvoir travailler de manière sereine, malheureusement, je pense être "persona non grata" au sein de cette collectivité, mon ancienne responsable ayant le pouvoir de me pourrir la vie, elle ne me permettra pas de m'insérer même dans un autre service pour me punir d'avoir parlé et révélé à la Direction, ce qu'elle me faisait subir

j'ai adressé un courrier à ma RH , avec copie au médecin du travail évoquant tout mon mal être et mon incapacité à reprendre sur ce poste et demandant à être reclassé sur un autre poste, mon médecin a fait un courrier pour le comité médical pour faire part de ma situation médical lié à mes conditions de travail.

Mes questions sont les suivantes : Dans le cas où mon administation ne souhaite pas me réintégrer sur un autre poste, peut-elle me licencier ?

Dois elle prendre en compte mon inaptitude de travail pour me licencier?

aurai-je droit à des indemnités de licenciement, au chomage ?

Je souhaiterais faire valoir toute ma souffrance au travail, de mon état de santé du au harcèlement au travail que j'ai subie, puis-je demander demander réparation, donc des dommages et intérêts ?

Vers quel tribunal me tourner pour faire valoir mes droits ?

Merci à tous pour avoir pris la peine de lire mon message, et restant en attente de vos réponses

cordialement

Votre notation : Aucun Moyenne : 1.5 (2 votes)
RépondrePoser une question
Liens sponsorisés