Testez-vous

Etes-vous "droit malin"?

Interviews

Maître Marc Lipskier, un avocat qui révolutionne le métier d'avocat *

Espace emploi

Des offres d'emploi et des CV gratuits

> Recrutez ou faites-vous chasser !

Lexique juridique

 

Tous les termes juridiques de A à Z

> Consultez gratuitement  !

Chiffres utiles

 

Indices et barèmes officiels en vigueur

> Consultez gratuitement  !

Partenaires

Peut-on parler de délit d’entrave quand l’employeur empêche les représentants du personnel d’exercer leurs fonctions ?

Article publié le 04/04/2011
Travail

Oui, le délit d’entrave est le fait pour l’employeur de s’opposer, de quelque manière que ce soit, à la constitution ou au fonctionnement d’une institution représentative du personnel, qu’elle soit élue ou désignée. Il s’agit d’une infraction pénale punie au maximum d’un an d’emprisonnement et/ou d’une amende de 3 750 €.

Les actes constitutifs d’un délit d’entrave

Il s’agit de tout agissement ou toute décision qui a pour but de limiter ou d’empêcher le fonctionnement normal des institutions représentatives du personnel : délégués du personnel, comité d’entreprise, comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), exercice du droit syndical.

C’est le cas par exemple, si votre employeur refuse d’organiser des élections des délégués du personnel, s’il ne consulte pas le comité d’entreprise lorsque la loi l’impose, s’il ne verse pas au comité d’entreprise la subvention qui lui est due ou ne lui communique pas certaines informations, s’il refuse de mettre un local à la disposition du syndicat ou des délégués du personnel, s’il retire une affiche syndicale apposée sur un endroit qui lui est réservé, etc.

Aucu vote pour l'instant.
Liens sponsorisés
Liens sponsorisés
Aucu vote pour l'instant.